Madrid

Madrid

Voir l'album photo  >

Madrid

/ Les lieux à découvrir

Le palais de l'Escurial

Ce complexe historique a été bâti en commémoration de la victoire de Saint-Quentin sur les troupes d’Henri II, roi de France, en 1557 (jour de la fête de Saint-Laurent, d’où le nom donné à la basilique), et pour dresser un lieu de sépulture aux parents de Philippe II, l’empereur Charles Quint et Isabelle de Portugal, ainsi qu’à lui-même et ses successeurs. C’est également un sanctuaire construit à la gloire de la Contre-Réforme qui abrite l’une des plus impressionnantes collections de reliques du monde ; on y compte, dans le monastère et la basilique, pas moins de 7500 reliques reparties dans 570 reliquaires.

Situé à 45 kilomètre au Nord-Ouest de Madrid, ce complexe royal a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984.

La première pierre fut posée le 23 avril 1563, sous la direction de l’architecte, Jean de Bautista de Tolède. A noter qu’il ne finira pas le chantier car il meurt 4 ans plus tard, laissant ainsi Juan de Herrera prendre la relève. Ce dernier achèvera les travaux en 1584, donnant naissance à une œuvre architecturale  d’exception.
L’architecture du site s’inspire de la construction du Temple Salomon qui abritait l’arche d’alliance. Bien sûr, Philippe II l’aménagea à sa façon afin d’édifier son agencement monastique tout à fait grandiose. Ces divers bâtiments vont d’ailleurs doubler la taille initialement prévue du complexe, ce qui a nécessité de construire deux étages supplémentaires. La basilique Saint-Laurent se retrouve ainsi immergée dans l’ensemble, alors qu’elle devait à l’origine dominer le site afin de traduire la puissance de Dieu.

Étonnamment, l’Escurial n’a rien de véritablement espagnol, mais s’inspire du style flamand très apprécié par Philippe II ; les toits en ardoise et les tours pointues en sont la preuve. On retrouve également une influence italienne qui peut s’expliquer par le fait que Juan de Herrera  travaillait sur le chantier de Saint-Pierre de Rome avant de reprendre celui de l’Escurial.

Passionné par les livres anciens, intéressé par les sciences et la philosophie, Philippe II fait bâtir une bibliothèque majestueuse : 54 mètres de long, 9 mètres de large, 10 mètres de hauteur sous plafond, sol en marbre, meubles en bois noble et sculptés et voûte entièrement décorée de fresques représentants les sept arts libéraux (dialectique, rhétorique, musique, grammaire, arithmétique, géométrie, et astrologie). Ce remarquable lieu abrite 45 000 volumes, une belle collection !
Parmi ces ouvrages, on trouve des livres pieux, mais également des livres interdits ou rares. Tous ces manuscrits sont disposés de façon étonnante, dans la bibliothèque : leurs tranches dorées font face aux visiteurs afin, d’une part, de refléter la lumière et d’autre part, de mieux les conserver.

Le palais de Philippe II ne fut sa résidence qu’occasionnellement. Il y passa seulement de longues périodes peu avant sa mort alors qu’il commençait à être mal aimé du peuple et de la cour. L'appartement du roi se trouve au premier étage, à la jonction sud du palais et du monastère. Il donne sur le chœur de la basilique par un oratoire. Lorsque les portes sont ouvertes, on peut voir l'intérieur de la basilique depuis la chambre.
Le palais est entouré par un jardin de style renaissance composé de plusieurs parterres de buis et de gazon.

Le panthéon des rois est le lieu où reposent les rois des maisons d’Autriche et de Bourbon qui ont régné sur l'Espagne. Il est l’une des raisons qui ont motivé Philippe II à faire construire l’Escurial. Les murs sont en marbre de Tolède, polis et décorés d’ornementations de bronze doré. On y trouve 26 tombes de marbre dont celle de Charles Quint, Isabelle de Portugal, et Philippe II.

Accèder à l’Atlas complet